LE CORRIDOR

art contemporain

ANNIE LACOUR

MATIÈRE SENSIBLE

  lire

C’est à Hyères, l’été dernier, alors qu’Annie Lacour travaillait dans l’atelier de sa maison, entourée de pichets, bocaux, pots, arrosoirs à une série de natures mortes et que Michel poursuivait une recherche photographique à partir de boites métalliques trouvées dans la remise qu’est née l’idée d’une exposition qui ferait dialoguer leurs sculptures et photographies

L’exposition « Matière sensible » montre la traduction que chacun d’eux, dans la perpétuation du genre de la Nature morte, donne aux objets inanimés. Les médiums utilisés sont différents, mais, chez ces deux artistes, rien d’anecdotique, les œuvres témoignent d’une vie intense - paradoxe du genre qui résulte de la pose, du temps suspendu, de la vie silencieuse. La matérialité, et l’agencement des objets, la transmutation de leur statut, la sensibilité de la matière, l’équilibre des formes interrogent. Les compositions, les constructions deviennent fiction, questionnement.

Sculptures

1er juillet – 06 septembre 2020

Fermeture du 18 au 25 juillet et du 08 au 15 août

MICHEL REY

MATIÈRE SENSIBLE

  lire

C’est à Hyères, l’été dernier, alors qu’Annie Lacour travaillait dans l’atelier de sa maison, entourée de pichets, bocaux, pots, arrosoirs à une série de natures mortes et que Michel poursuivait une recherche photographique à partir de boites métalliques trouvées dans la remise qu’est née l’idée d’une exposition qui ferait dialoguer leurs sculptures et photographies

L’exposition « Matière sensible » montre la traduction que chacun d’eux, dans la perpétuation du genre de la Nature morte, donne aux objets inanimés. Les médiums utilisés sont différents, mais, chez ces deux artistes, rien d’anecdotique, les œuvres témoignent d’une vie intense - paradoxe du genre qui résulte de la pose, du temps suspendu, de la vie silencieuse. La matérialité, et l’agencement des objets, la transmutation de leur statut, la sensibilité de la matière, l’équilibre des formes interrogent. Les compositions, les constructions deviennent fiction, questionnement.

Photographies

1er juillet – 06 septembre 2020

Fermeture du 18 au 25 juillet et du 08 au 15 août