LE CORRIDOR

art contemporain

Michel Rey

BIOGRAPHIE

Photographe plasticien
Né en 1948 à Lyon
Ingénieur retraité
Vit et travaille à Arles.

LES VOIES DU REGARD ET DE LA PRÉSENCE

Sans fin rapporte une traque dans l’empire du détraqué. Poursuivre sans relâche, cerner le détraqué. Pris au pied de la lettre étymologique, détraqué signifie qui n’a plus de chemin, ni devant ni derrière, une déroute, sans issue ni direction.
Michel Rey l’énonce d’emblée et crûment : « Sans fin – Un an. Mort de mon père, de mon frère, de ma sœur. Voyage sans fin ou comment mon totem s’est imposé pour remplir le vide. »…
…Le projet artistique est compact, durable, inconfortable, il tend vers un épuisement du sujet par une réflexion troublante sur l’identité. Il va à l’essentiel de ce qui durera. Il est laissé au silence immuable de ces espaces infinis qui nous effraient, l’incertitude de contenu et la certitude de l’avènement de ce que Blaise Pascal nommait « l’éternité de ma condition future ». Sait-on ce que l’on possède avant le jour où on le perd ? La démarche est sèche, austère, globale et importante. Fixer son propre univers en fusion, déjà partiellement réduit en cendres, c’est lier l’incandescence et le rassemblement dans la mécanique sans relief de l’image. Un état visuel est arrêté, définitivement.
Afin de trouver le bon chemin, la bonne méthode, avec exactitude et minutie comme toujours pour Michel Rey, esprit rationnel et sensible, une réflexion approfondie et des essais ont été menés. La photographie est ici espace perturbant, sincère, douloureux et touchant par son authenticité. Comme corps à corps, fonction essentielle, elle induit un dialogue visuel, puissant et silencieux avec le vivant…

Extrait issu du texte de Joëlle Busca sur le diaporama « Sans fin » réalisé en 2016 durant le workshop d’Antoine d’Agata

REGARD SINGULIER, DÉMARCHE OBSESSIONNELLE

Ma formation d’ingénieur et de physicien m’invite à interroger, mettre en tension l’équilibre, la pesanteur, l’inertie, la stabilité des objets et la dérision de ces états éphémères, à figer leur instabilité et préfigurer leur futur à travers le médium photographique.

L’enjeu de ce travail intitulé Métastable n’est pas de reproduire le visible par une description objective des objets mais de saisir avec le médium photographique la façon dont ils s’animent et s’engagent dans le réel. Il s’agit de singulariser le regard porté sur l’objet et de rendre visible ce qui est latent.

Je tente de reconstruire les perturbations, les déformations vivantes et continues des lois de la nature, de la vie : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme en un équilibre métastable et éphémère.

Dans ce processus de construction, j’abonde « l’obsessionalité de l’arrangement » tel qu’énoncé par Michel Frizot, néanmoins, je ne photographie pas pour m’échapper du réel mais pour fabriquer les images de mon imaginaire.

Extrait du texte « Métastable » de Michel Rey, 2020.

EXPOSITIONS COLLECTIVES

2020 Matière sensible, Galerie Le Corridor, Arles
2020 Métastable, Galerie Fermé le lundi, Marseille
2020 Impasse, Galerie Fontaine Obscure, Aix en Provence
2019 N’être, Galerie Fontaine Obscure, Aix en Provence
2018 Objet déchu, Galerie Fontaine Obscure, Aix en Provence
2016 Sans fin et Sadhu, Galerie Le Corridor, Arles

LIENS

www.gallery-arlesworkshops.com/portofolio/sans-fin-michel-rey/