LE CORRIDOR

art contemporain

Mehdi Moutashar

BIOGRAPHIE

Né en 1943 à Hilla (Babylone), Irak. Vit et travaille à Arles depuis 1974.
Académie Supérieure des Beaux-Arts, Bagdad – Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris
S’installe à Paris en 1967 – Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Paris, de 1974 à 2008
Représenté par les galeries : Denise René à Paris – Victor Sfez à Paris – AL/MA à Montpellier – Linde Hollinger à Ladenburg (Allemagne) – Hoffmann à Friedberg (Allemagne) – Frédéric Hessler à Luxembourg – Albareh Art à Bahreïn.

UNE ÉCRITURE AUX CONFINS DE LA FORME ET DE L’IDÉE

« L’art de Mehdi Moutashar se tient à distance de toute volonté d’exprimer une expérience subjective du monde, comme de tout recours aux pouvoirs de l’image. L’univers auquel il appartient est celui, rationnel, de la ligne droite, de l’angle mathématiquement déterminé, de l’opposition du noir et du blanc. Ainsi conditionnée par la logique formelle et la réduction des moyens plastiques, une telle démarche artistique participe de l’esthétique minimaliste. Mais elle dépasse le “What you see is what you see” d’un Frank Stella pour engager une interrogation qui va au-delà de la forme elle-même, une interrogation qui se situe aux confins de la forme et de l’idée. Elle invite à la contemplation des lois de la géométrie. Cependant, les figures que l’artiste donne à voir ne sont jamais enfermées dans les limites d’un contour. Ce sont des figures ouvertes, fragmentaires et en constant déplacement, des figures qui refusent de s’immobiliser. Parfois, celles-ci deviennent signes, des signes angulaires et comme inachevés, qui paraissent flotter dans l’espace blanc du mur ou de la page. Cette géométrie qui laisse pressentir un ordre mathématique premier sans jamais le manifester sous une forme définitive, cette géométrie toujours en devenir, relève d’une esthétique qui plonge ses racines dans une culture propre à l’artiste. Son art est en effet à la confluence de deux héritages artistiques. Le premier est l’héritage occidental de l’abstraction géométrique, dont l’histoire commence avec les pionniers de l’abstraction – Mondrian, Van Doesburg, Malevitch ou Lissitzky – et se poursuit avec les artistes du Hard Edge, de l’Op’ Art, de l’Art cinétique ou du Minimal Art. Le deuxième est celui de la tradition esthétique islamique, qui, peu encline à redoubler les apparences du monde, accorde une place de choix à l’ordre géométrique et aux déploiements de la ligne, en particulier dans l’art de l’entrelacs ornemental ou dans celui de la calligraphie.

Dominique Clévenot, extrait de Des angles remarquables, livre d’artiste de Mehdi Moutashar, co-édition Jacques Bervillé / éditions Méridianes, 2012

PRÉSENT DANS DES COLLECTIONS PUBLIQUES

EXPOSITIONS (SÉLECTION)

2017 Galerie ALBAREH, Bahreïn
2016 Galerie Victor Sfez, Paris
2016 Galerie Le Corridor, Arles
2016 Lastic, galerie AL/MA, Montpellier
2014 Galerie Le Petit Temple, Lasalle.
2013 Galerie Linde Hollinger, Ladenburg, Allemagne.
2012 Galerie AL/MA, Montpellier.
2011 Kleine Museum, Weissenstadt (D) 2009 Galerie Denise René, Paris

LIENS

www.enrevenantdelexpo.com/2016/10/21/mehdi-moutashar-galerie-alma-montpellier/